HRP 2011

Départ : Prats de Mollo

Arrivée : Gavarnie

Etape 1

Refuge Las Conques - Refuge d'Ull de Ter -300/+800 4h30

Suivre le sentier balisé qui mène aux Esquerdes de Rotja, contourner Roc Colom et continuer la crête jusqu'à la porteille de Mantet au pied du pic de la Dona. Descendre sur la station de Val Ter prendre la route jusqu'à croiser dans un virage le GR11 arrivant de Setcases. En 15mn on  remonte au refuge.

L'étape est facile et réserve de magnifiques panoramas. Les deux refuges étaient quasi vides donc très confortables. J'ai fait la connaissance de Juan qui parcourait la totalité du GR11 (en chaussures basses mais avec la tente, bravo !).

Etape 2

Refuge d'Ull de Ter - Refuge de la Culassa -1500/-1200 6h15

Nous suivons le GR11 jusqu'au col de Neu Creus où Juan continue l'itinéraire normal. Personnellement j'ai préféré éviter la descente sur Nuria et la longue remontée vers le col de Tosses, ne me sentant pas astreint à respecter la nécessité de ne pas passer en France. Il me semble plus logique de continuer la crête juqu'au col de Finestrelles et de redescendre coté français pour couper au plus vite la traversée de la Cerdagne (soit avec le train jaune soit avec un taxi). On pourrait même continuer la crête jusqu'après le Puigmal et retrouver le GR11 au moment où il rentre en Cerdagne.

L'itinéraire est facile attention juste à bien trouver le col de Finestrelles ( dans le brouillard je me suis trompé ce qui m'a valu un azimut sanglier afin de retrouver le sentier 600m plus bas). Avec un sac de 15kgs c'est toujours plus nocif pour les genoux !

Le refuge de la Culassa est une cabane dont la partie ouverte (ce jour là) permet d'abriter 2 ou trois personnes. PS : on y trouve, à coté, de l'angélique c'est excellent à manger (merci à la personne qui m'a ravitaillé ce soir là !).

Etape 3

Refuge de la Culassa - Saillagouse -700 2h30

J'ai decidé d'une étape courte car l'azimut sanglier de la veille a laissé des courbatures dans les cuisses.

J'aime beaucoup la descente des gorges du Sègre en passant par la chapelle San Feliu. Passage par Llo puis fin sur la route (2kms) pour aller à Saillagouse.

Au marché de Saillagouse j'achète des fruits et du fromage et une sympathique commerçante, enthousiasmée par mon itinéraire (et mes cheveux gris ?), m'offre un bout de chorizo et un saucisson.

Le Planotel est toujours aussi sympathique tout comme sa piscine et son restaurant gastronomique. Tout va bien mais les prévisions météo ne sont pas bonnes pour les jours à venir.

Etape 4

Guils de Fontanera - Refuge des Engorgs -100/+700 3h00

Gr 11 en totalité bien balisé mais attention a bien rester à flanc entre le refuge de Malniu et celui des Engorgs et à ne pas trop descendre (j'ai dû remonter) !

Devant les orages de la nuit j'ai renoncé à prendre le train jaune jusqu'à Enveitg puis à continuer à pied. J'ai donc pris un taxi jusqu'à la station de ski de Guils de Fontanera au dessus de Puigcerda. Cela réduit l'étape et bien m'en a pris car, pendant que nous montons, un énorme orage se déclare et la pluie s'arrête par chance lorsque j'en descends.

L'orage se continue sur la Cerdagne pendant que je suis au soleil sur le GR11 jusqu'au refuge de Malniu, cette partie d'étape est vraiment sublime (probablement encore plus en la faisant dans l'autre sens ce qui évite de se retourner pour regarder le paysage cerdan !).

Ensuite c'est un beau sentier qui va jusqu'au refuge des Engorgs. Au refuge je rencontre un groupe de jeunes catalans venus passer le we de Pentecote et qui repartent sur Barcelone. Je commence une balade sans sac vers les lacs vite interrompue par un nouvel orage. Finalement d'extrême justesse je ne me mouille pas.

La soirée se passe à essayer d'allumer le poêle du refuge. Après un enfumage en règle cela marche bien (une fois le conduit réchauffé). Nuit tranquille et sommeil profond !

Etape 5

Refuge des Engorgs - Refuge de Fontverd -1200/+800 5h15 

La montée à la porteille de Can Colomers est facile mais raide (attention en cas de neige) et se déroule dans un cadre superbe. Tout le reste est splendide surtout en juin (fleurs, torrents, cascades,.....). La montéee au col de la Illa est très facile ainsi que sa descente. La vallée de Madriu est splendide (mais n'exagérons pas les prospectus touristiques andorrans qui la portent aux nues, j'en connais plein d'autres aussi belles dans les Pyrénées !). C'est un vaste "spot" à bivouac !

Je décide de m'arrêter au refuge de Fontverd n'ayant pas envie de me retrouver le soir à Encamp au beau milieu des délires immobiliers de la Principauté !

J'y fais la connaissance d'un joaillier andorran ayant décidé de prendre une semaine tranquille, cela me permet de travailler mon espagnol (je sais désormais tout sur ses deux épouses, l'ancienne et l'actuelle, je comprends pourquoi il a eu envie d'une semaine paisible !).

Etape 6

Refuge de Fontverd - L'Hospitalet près l'Andorre -1400/+300 6h00

Je suis le GR11 (et le Cami del Sol) jusqu'à Encamp, très joli parcours en forêt.

Les bus sont fréquents pour le Pas de la Case et j'en profite. Après quelques courses, je prends l'itinéraire HRP (non balisé, donc bien monter sur la droite à la sortie du Pas de la Case pour suivre un des nombreux chemins en balcon puis viser ensuite les batiments des anciennes mines du Puymorens, le reste est ensuite évident).

Les vues sont jolies sur le massif du Carlit, le Pédrous et la haute vallée de l'Ariège.

Le gîte d'étape de l'Hospitalet (où je suis seul) est très confortable et la nourriture succulente.

Etape 7

Repos 

                          

Etape 8

Arinsal - Refuge de Val Ferrera -850/+1200 5h30

La montée est bien balisée jusqu'au col. Ensuite il faut suivre quelques cairns en restant bien rive gauche du torrent qui descend vers le cirque de Baiau (et s'écarter assez nettement du torrent vers la fin). On rejoint alors le GR11 plus ou moins clairement balisé ! Là aussi il faut descendre rive gauche et rejoindre le "pla de Boet". Une petite remontée bien aménagée amène ensuite au refuge.

Etape 9

Refuge de Val Ferrera - Tavascan -1200/700 6h30

Il faut descendre un peu puis prendre le sentier de la rive droite. La bifurcation vers Baborte est bien indiquée.

Le col de Sellente est évident et la descente se fait sans problème même si avant de trouver la bifurcation de Broate celle-ci est bien raide.

Le "pla de Boavi" est un enchantement pour le pique nique et le repos.

La fin se fait sur piste mais l'accueil de la "Jefa" à l'hotel des Llacs de Cardos est toujours aussi chaleureux ("bisous" !) et permet de s'en remettre sans difficulté. J'adore Tavascan et son coté bout du monde !

Etape 10

Estaon - La Guingueta d'Aneou -1300/+1000 5h00

Il faut passer derrière la petite crête située derrière le gite d'Estaon au dessus du torrent. Le balisage est ensuite évident jusqu'au Montcaubo (montée déprimante par ses à-coups !). Le début de la descente se passe bien puis le balisage disparait totalement. Cela nous a valu une directissime dans les genêts pour atteindre Dorve que l'on voit très bien néanmoins.

Le bon conseil est plutôt d'abandonner le descriptif du GR11 et de suivre la crête qui laisse Dorve sur la droite (mais d'où l'on voit le village). Elle est très facile même sans vrai chemin et elle rejoint un sentier qui, à partir de 1550m environ, ramène sur Dorve sans problème. La fin de la descente sur La Guingueta est superbe et facile quoique "chaleureuse" en milieu d'après midi !

Après la consommation d'un énorme panaché (una clara por favor) nous nous faisons monter directement à Espot !

Etape 11

Espot - Refuge JM Blanc +1000 2h15

Petite étape facile pour nous remettre des émotions des trois derniers jours. Pour mes deux partenaires ceux-ci, à froid, en descendant du train ont été un peu rudes. L'après midi de repos à JM Blanc fait du bien à tout le monde.

L'itinéraire est évident et suit une variante du GR11.

Etape 12

Refuge JM Blanc - Refuge d'Amitges -800/+800 5h30

Montée magnifique vers le col de Monestero de lacs en lacs. La descente du col est raide puis il faut rejoindre ensuite l'itinéraire du col de Péguère en remontant légèrement. La descente devient encore plus raide !

Nous contournons le lac de San Maurici par l'ouest afin de passer au mirador de San Maurici, splendide point de vue.

Il faut alors remonter les deux cents derniers mètres jusqu'au refuge en plein soleil (10 litres au 100m !)

Le refuge d'Amitges est un des seuls des Pyrénées où l'on peut rester tranquille même s'il y a du monde car la salle à manger est immense et bien séparée en plusieurs recoins.

Etape 13

Refuge d'Amitges - Refuge de Colomers -500/+300 3h15

Passage par le Port de la Ratère et long stop pour admirer les lacs de Saboredo.

La descente est facile et une fois récupéré l'itinéraire (balisé en points rouges) du grand tour des lacs de Colomers, nous abandonnons le GR11 pour une sente qui part vers la gauche et atteint de jolis petits lacs puis rejoint le balisage jaune du petit tour des lacs de Colomers. Il suffit de le prendre vers la gauche (si, si j'insiste vers la gauche et surtout pas vers la droite !) pour arriver au dessus du nouveau refuge de Colomers.

Comme souvent dans ces refuges très fréquentés les douches ne marchent pas (c'est curieux j'avais déjà eu ça aux Oulettes de Gaube). Sans vouloir raler (je me lave très bien à l'eau froide) ce n'est pas très normal !

Etape 14

Tour des lacs de Colomers -500/+500 4h00

L'itinéraire fait le tour complet du cirque en passant juste au nord du Tuc del Podu et revient par le tracé normal du GR11 descendant du port de la Ratère

Etape 15

Refuge de Colomers - Arties -1400/+500 5h00

Nous prenons l'itinéraire du port de Caldas, jolie remontée le long du torrent puis paysages magnifiques vers le sud une fois passé le port de Caldas. Deux remontées plus loin on aborde la descente sur le refuge de la Restanca. Il est  possible de faire le Montardo d'Aran au passage (compter 1h30 aller retour en plus). Cela vaut la peine.

Longue descente ensuite de la piste pour arriver à Artiès où nous avons testé et approuvé le restaurant "El Pollo Loco" (ne pas se fier au nom qui pourrait inquiéter !). Transfert ensuite à Viella à l'hotel Fontverd, luxueux et pas cher ( du moins à cette époque).

Etape 16A

rtiga de Lin - Benasque -400/+800 3h30

Nous avons choisi de ne pas faire l'étape classique par le col de Vallibierna qui est démesurément longue (sauf si on arrive à prendre le bus del nubes qui permet d'aller de la vallée de Vallibierna à Benasque en été). Je connais bien la montée aux lacs d'Anglios, elle est rude et elle est ensuite suivie d'une descente casse-moral avant d'aborder le col de Vallibierna. Chargé il faut clairement prévoir un bivouac ou espérer avoir de la place au petit refuge d'Anglios pour couper l'étape en deux.

Comme nous sommes un samedi l'espoir de la place à Anglios est faible. Nous avons donc choisi de nous faire transporter de Viella au cirque d'Artiga de Lin et de passer par le col du Toro.

La montée est impressionnante et dure (voire difficile) tout en restant de la randonnée (par beau temps ça passe, autrement........). La suite du parcours est évidente et splendide en passant par le "pla des Aigualluts" et le trou du Toro (photo obligatoire de la cascade avec l'Aneto au fond).

Ensuite un bus (ou deux !) permet de descendre tranquillement à Benasque en ayant pris une bonne bière avant !

Etape 17

Benasque - Refuge de Viados -900/+1300 5h45

Devant la chaleur régnant à Benasque et les prévisions caniculaires, nous prenons le bus de 4h30 (celui de ceux qui vont à l'Aneto) pour descendre dès le premier arrêt et nous engager dans la vallée d'Estos. Ensuite c'est une longue remontée jusqu'au port de Gistain (attention on se croit arrivé mais le col lui-même nécessite de faire une grande traversée vers la droite). La descente est beaucoup plus facile que ne l'indique le topoguide avant Anes Cruces et la traversée des torrents ne pose pas de problèmes alors même que nous sommes en juin et que le débit est important.

L'arrivée sur les granges de Viados est admirable et le site de Viados est toujours aussi beau (du moins quand on s'en souvient........).

L'accueil est vraiment chaleureux et, vu notre heure d'arrivée (12h00 !), nous y prenons un repas de midi pantagruélique et succulent pour la modique somme de 14 Eur (modique vu ce qui nous a été servi : paté maison et jambon, crudités, soupe, ragoût de veau, fruits).

Un des meilleurs rapport qualité accueil / site de tous les refuges pyrénéen !

Etape 18

Refuge de Viados - Bielsa -1400/+800 5h45

Dans la mesure où nous allons faire une infidélité au GR11 pour passer par les cirques français (mes deux amis connaissent les canyons espagnols mais pas les cirques français), nous avons choisi de faire l'étape HRP qui amène à Bielsa plutôt que de s'infliger les kms de piste du GR11 depuis le col d'Urdiceto (je la connais bien et c'est insupportable un jour caniculaire comme ce 27/06/2011 !).

Par ailleurs la vue des col de Pardinas et la Cruz Guardia est bien plus belle que celle du Paso de los Caballos.

Départ par la piste jusqu'à la piste qui monte à l'hospice de Gistain. Il faut la suivre jusqu'à son terme (en coupant certains lacets). Ensuite la montée au col de Pardinas est évidente même si hors sentier dans les alpages. Du col il faut partir en balcon légèrement descendant pour rejoindre la piste qui va au col de la Cruz Guardia. Avant d'atteindre ce dernier, prendre une ancienne piste sur la droite et plonger dans le creux du vallon pour rejoindre, rive droite du torrent, le GR qui conduit à Bielsa. Bien balisé et sans ambiguité, il traverse la forêt et débouche un peu à l'aval de Bielsa. Une petite remontée (justifiant une deuxième bière après l'arrivée, permet d'accéder à l'hotel Valle de Pineta, au coeur du village, dont la paella royale est un  grand moment !

La chaleur est étouffante à Bielsa mais pas encore d'orage en vue !

Etape 19

Bielsa - Refuge de Barroude -200/+800 3h00

Nous profitons de ce que nous sommes trois pour reprendre un taxi et nous éviter le stop sur la route à partir de Bielsa. Gentiment le taxi nous monte sur la piste et nous fait économiser 45mn de marche (l'intérêt était surtout d'éviter la trop grosse chaleur en fin de montée).

La montée est facile sur un sentier bien tracé. Quant à l'arrivée sur Barroude, quel site !

Etape 20

Refuge de Barroude - Hostellerie du Maillet -1000/+500 5h15

Après des orages dantesques toute la nuit (grêle, pluie, spectacle son et lumière,....) il fait beau au dessus de la mer de nuages quand nous nous levons à 5h20 !

Nous partons donc pour l'étape des trois cols. Le premier est la Hourquette de Chermentas après un passage en balcon superbe. Une petite descente puis une bonne remontée amènent à la hourquette d'Héas (attention le parc national balise de façon plus que limitée !). Il existe un itinéraire cairné depuis le versant ouest de la hourquette de Chermentas qui amène vers le col de la Gela (confirmé au Maillet) mais que nous n'avons pas vérifié nous-mêmes ce que je regrette (ce sera pour une prochaine fois). Attention, cela doit être un peu sportif !

Depuis la hourquette d'Héas il faut remonter la crête en suivant quelques cairns jusqu'au moment où elle devient herbeuse (si, si là aussi ça passe,... quand on connait un peu,....! ). Il faut alors viser le col de la Géla entre le pic de la Géla et le Gerbats et l'atteindre à flanc sans trop descendre (passer vraiment à la base du pic de la Gela ou l'escalader si on n'est pas trop chargé). La vue sur Barroude depuis le col de  la Gela est sublime !

Ensuite toujours à flanc (les isards nous ont alors assuré le spectacle !) rejoindre la crête nord du Gerbats avant le col de la Sède ( brèche que l'on distingue bien depuis la hourquette d'Héas). Descendre du col de la Sède vers le cirque de Troumouse quasiment tout droit (enfin quelques lacets quand même). Il ne faut pas avoir peur et de bons genous mais cela passe sans danger par beau temps. Laisser la cabane des Aires sur la droite et prendre le bon chemin qui ramène au parking de Troumouse puis ensuite la route ou les sentiers qui plongent sur le Maillet (nous avons fait toute cette partie en plein brouillard, là aussi il vaut mieux connaître sinon on peut errer longtemps dans le cirque de Troumouse !).

Etape 21

Hostellerie du Maillet - Gavarnie -1300/+800 4h15

Il suffit de partir à flanc sur une petite sente depuis le Maillet. On rejoint rapidement un chemin muletier que l'on abandonne quand il tourne à gauche. Il faut alors descendre (en tirant vers la gauche) en direction de l'amont du barrage des Gloriettes (si on le voit !) et traverser sur une passerelle pour rejoindre le bon sentier qui monte à la hourquette d'Allans (PS les bifurcations vers le port neuf de Pinède et vers la brèche de Tuquerouye ne sont quasiment pas signalées, bonne chance si vous les cherchez dans le brouillard !). Depuis la hourquette belle vue sur Gavarnie et le Vignemale.

La descente est facile via le refuge des Espuguettes ( là aussi aucune indication ou presque ce qui, par brouillard, ne simplifie pas la tache).

Etape 22

Gavarnie - Brèche de Roland - Gavarnie +600/-1400 5h00

En taxi jusqu'au col des Tentes !

La montée classique à la Brèche se fait normalement (encore des inconscients mal équipés ou prenant des itinéraires dangereux !). Attention neige dure car la nuit a été froide.

Vue splendide bien sûr depuis la Brèche.

La descente de l'échelle des Sarradets n'est pas recommandée à tous les genoux ni même à tous les randonneurs. Nous y avons rattrappé un groupe de jeunes espagnols chargés et en chaussures basses qui n'avaient rien à faire là (et pour certains fatigués et apeurés !). Néanmoins le site est sublime et vaut bien l'effort nécessaire. Je conseille de l'utiliser plutôt à la montée. Elle est bien balisée aux endroits importants.

Cliquer sur la photo pour le diaporama

E11-4.jpg